bandeau-lestelle-chroniques-02.jpg

C’est presque l’hiver. Pépé se lève, chausse ses sabots, prend la lampe à pétrole et sort dans la cour. Il jette un œil aux alentours et se rend à la grange voir les bêtes. Il leur parle, les cajole un peu et leur dit : « Ne vous en faîtes pas, vous êtes bien au chaud ici », et il repart. Avant de rentrer, il pose la lampe, prend une brassée de bois et scrute le ciel : « Elles ont bien raison », dit il. A la cuisine il fait déjà bon. Le bigourdan est allumé, et sur la table un grand bol de café l’attend. Il sort son couteau et coupe des morceaux de pain pour les tremper.
« J’irai chercher d’autres bûches après. Il va neiger ». dit-il
Comment le sait il ?

Son père le lui a dit autrefois et celui-ci le tenait de son père et encore de son père :

  • « Quand en entrant dans la grange, les vaches frissonnent du dos et hérissent les poils, il va neiger. » (Quoan en entrant dens la borde, las baques arissan de l’arée, que va neba)

Nombreux sont ces observations qui indiquent le temps qu’il fera.

Pour la neige on disait encore :

  • Quand les feuilles tombent tout droit il va neiger.
    (Quoan las houelhes e caden dret que va neba).
  • Neige de février vaut du fumier
    (Neou de héouré qué baou hemè)
  • Neige de février dure longtemps
    (Neou de heourè dure lountems)
  • Il y a la neige du coucou, La neige de l’hirondelle et La neige qui vient chercher la feuille.
    (Que ia la neu de cocuth, La neu de irongla e La neu qui apera la huelha)

Pour la pluie et le mauvais temps il y a aussi une foule d’observations qui varient selon l’endroit où se trouve la ferme .

Par exemple : dans les hauteurs on dit :

  • Quand on entend les cloches des vaches au col de Sanguinet, il va pleuvoir.
    (Quoan las esquires de las baques e s’entenen au port de Sanguinet que ba plabé)

Plus récent :

  • Quand on entend les singes du Zoo d’Assson ou la carrière, il va pleuvoir.
  • Mieux vaut entendre le train le soir que le matin.
    (Que baou miei entené lou tri lou sé que lou mati)

En bas, c’était plutôt :

  • Vent de Lourdes vient aujourd’hui et s’en va demain avec la pluie.
    (Vent de Lourdes que bien ouei, e que s’en ba douma dab la plouje).
  • Quand les vaches sont couchées le dos vers la porte de la grange, il fera mauvais
    (Quaon las baques e soun ajassades l’arrée de cap la porte, que hara machant)

Plus généralement utilisé :

  • Tonnerre le matin fait marcher le moulin
    (Tonère lou mati que hè ana lou mouli)
  • A l’heure de la bénédiction des rameaux, là où il y a des brumes, il y aura des orages dans l’année.
  • Fourmis en procession pluie ou orage.
    ( Roumiges en proucession plouje ou aouratge)
  • Brume rouge le matin : pluie
    (Brume rouge lou mati : plouje)
  • Quand le coq chante à midi : Brouillard le lendemain.
    (Lo haza (pout) qui cante a mieidie qu’anonce brume bache taon lendoman)
  • Montagnes claires, Bordeaux sombre : Mauvais temps
    (Montagne clare, bourdéou escu plouje de segu).

Heureusement il y a aussi des signes qui prévoient le beau temps :

  • Si la nouvelle lune arrive avec le beau temps qui dure au moins 5 jours, toute la lune sera belle.
  • Ciel coloré le soir : Chaleur le lendemain
  • En été, montagnes éloignées dans une légère brume : Beau temps durable.
    En montagne : si le bétail pâture en montant vers les sommets il fera beau.

Nos anciens savaient depuis la nuit des temps observer le ciel, la terre et les animaux et en tirer les conclusions. Il le fallait bien, car ils n’avaient ni la radio, ni la télévision pour écouter et regarder la météo.
Ainsi, ils savaient quand on pouvait fâner, quand il fallait semer et rentrer le blé, chercher le bétail à la montagne et rentrer du bois.
Heureusement toutes ces observations se sont transmises de père en fils.
De nos jours, le temps est un peu perturbé. On dit que c’est à cause du réchauffement du climat.
Aussi, écoutons encore de temps en temps nos parents et grands parents et faisons en sorte que les générations futures puissent eux aussi observer le ciel, la terre et les animaux aussi sereinement que leurs ancêtres.

Jutta Peyrounat

© Mairie de Lestelle-Bétharram 2017 - Mentions légales