bandeau-lestelle-actualites-12.jpg

Actualités 

Vie municipale et citoyenne

La commémoration du 8 mai 1945 a donné lieu à la remise de la médaille militaire à Pierre Gaye, Président de l'association locale des Anciens Combattants.

La médaille militaire, dans l'ordre des distinctions, vient de suite après la Légion d'honneur d'où la solennité de l'événement avec un détachement de militaires palois du 1er RGHP basé à Pau dont plusieurs militaires sont en exercice au Mali en ce moment. C'est le Colonel N'Guyen qui a épinglé Pierre Gaye sous les yeux de Lieutenant-Colonel honoraire Dubourg. 

En la circonstance, de nombreux Lestellois et Lestelloises sont venus assister à ces cérémonies.

Correspondant local du journal Sud-Ouest, Jean-Maurice JULIEN, passionné de photographie, nous a aidés maintes fois à illustrer les articles parus dans plusieurs bulletins municipaux.

Aussi, la commission du bulletin municipal a tenu à lui rendre hommage dans ces quelques lignes, ses clichés étant d’excellente qualité. 

Avec la complicité de Philippe Rosset (à qui il a donné ces photos ci-dessous), nous avons voulu dans ce numéro publier deux de ses clichés. 

A titre de remerciements.

Lire la suite...

En présence du Secrétaire Général et Sous-Préfet de l'arrondissement de Pau, M. Benoist Delage, du Maire de Lestelle-Bétharram, Jean-Marie Berchon et de plusieurs membres du Conseil Municipal, six nouveaux électeurs ont reçu leurs livrets-citoyens, en mairie.

Excellente occasion pour le représentant de l'Etat et pour le Maire de rappeler à ces jeunes gens, les valeurs de la République et la chance de pouvoir voter en toute liberté contrairement à certains peuples privés de ce droit.

Lire la suite...

Le 17 janvier, le Maire, le Conseil Municipal et aussi les représentants des commerçants, artisans, professions libérales, des tissus associatifs et autres autorités civiles et religieuses… recevaient à la salle de l’Isarce les nouveaux Lestellois et Lestelloises. 

Autour d’un ‘’pot de bienvenue’’, chacun a pu ainsi faire connaissance et deviser, de même que profiter du décor ô combien sympathique de l’exposition mise sur pied par les artistes locaux.

Souvenez-vous ! Combien de fois étant enfant puis adolescent(e) nos parents s’inquiétaient de savoir vers quel métier nous nous destinerions ?

Alors selon l’inspiration ou les événements du moment, nous répondions pêle-mêle : pompier, militaire, gendarme, docteur, vétérinaire, ingénieur, infirmière, sage-femme, couturière, cuisinière…Autrement dit que des métiers demeurant immarcescibles à travers les modes ! Dans ces années où le travail attendait chaque paire de bras à défaut de méninges hautement intellectuelles, pas un seul jeune déclarait : ‘’Moi, je veux être fonctionnaire’’. 

Le fil des ans s’est déroulé inexorablement, posant çà et là quelques points de suture. Aujourd’hui, les fonctionnaires sont considérés comme des nantis. Autres temps, autres mœurs ! Il n’en a pas toujours été ainsi. Au siècle dernier, alors que la crise n’existait pas encore, les moqueries allaient bon train à leur encontre, surtout à la connaissance de leurs maigres émoluments. Et l’étudiant qui désirait obtenir des diplômes afin de préparer des concours pour occuper un poste de cadre qui dans l’administration fiscale, qui aux PTT, qui à la SNCF… s’entendait dire : ‘’ Va dans le privé, c’est mieux payé’’.

Lire la suite...

Certainement avez-vous entendu dire, ou peut-être même l’avez-vous dit aussi ‘’ les politiques et les élus sont les rois de la langue de bois ! ‘’.
Christian Laborde, admirateur de Claude Nougaro et auteur de ‘’L’os de Dionysos’’ nous livre ses pensées à ce sujet : 

‘’ Cessez de calomnier les arbres. Dire d’une langue qui ne dit rien, d’une langue sans saveur, d’une langue qui tourne à vide qu’elle est une langue de bois, c’est offenser les chênes, les hêtres, les peupliers et la frissonnante peau des bambous. 
Si notre langue était de bois, nous aurions dans la bouche en guise de salive, des gouttes de pluie. 
Si notre langue était de bois, nous pourrions parler avec les oiseaux.
Si notre langue était de bois, nos chuchotements seraient semblables à ceux des feuilles secouées par le vent. 
Si notre langue était de bois, nos mots auraient la couleur des écorces.
Si notre langue était de bois, nous serions les porte-parole des forêts ! ’’
Nous insultons la nature sans arrêt. Ainsi d’un film sans saveur, d’un film nul, nous disons que c’est un navet. Fichons la paix au navet qui, piqué de clous de girofle, joue un rôle important dans le pot-au-feu.
Nous insultons la nature sans arrêt. Ainsi d’une attitude, d’une remarque ou de propos grossiers, nous disons qu’ils sont au ras des pâquerettes. Respectons les pâquerettes qui ne sont que délicatesse. Et comme notre cœur bat lorsque, dans un éclat de rire s’étalent sur leurs frêles pétales les cheveux d’une jolie fille ! ‘’

Que ces choses-là sont bien dites. Reste à savoir pourquoi (presque) tous les arbres sont du genre masculin et que les fleurs - dans leur plus grande majorité - sont du genre féminin.

Michel Corsini

Cette année, la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 revêtait une solennité particulière au monument aux morts de la Place Saint-Jean.

Parce que c’était le 94éme anniversaire de cette date historique qui mettait un terme à la guerre de 14-18, mais aussi parce que Michel Cazenave et Jean-Maurice Julien, deux de nos concitoyens étaient distingués de la médaille ‘’ du maintien de l’ordre’’ en reconnaissance de leur participation, lors du service militaire en Algérie. Tous deux étaient décorés par Jean-Marie Berchon, le Maire de la Commune et Pierre Gaye, Président de l’Amicale des Anciens Combattants de Lestelle-Bétharram. 

Lire la suite...

En entrée, la compétition de tennis à Roland Garros. Plats de résistance : le Tour de France et les Jeux Olympiques. Pas forcément du goût de la ménagère de moins de 50 ans mais alors, pour Monsieur, c’est le pied ! Car pour bon nombre de nos concitoyens, ce fut, ce mois d’août, l’occasion de s’adonner au sport national le plus prisé des Français et peut-être même des Françaises à savoir le décompte des médailles obtenues lors de ces dernières Olympiades. Une véritable religion : résonnez musettes et jouez hautbois avec rituels, cierges et prières. 

Si le sport n’est plus qu’une comptabilité réductrice perdue entre la statistique, l’encaustique et la sarcastique, les J.O. peuvent alors se résumer dans un tableau faisant fi des résultats obtenus par des athlètes qui pour une peccadille termineront à la quatrième place après avoir remporté un formidable combat contre eux-mêmes. 

Malheur aux vaincus : broyés, laminés les loosers, les détenteurs de médailles en chocolat, en bref, ceux qui ont obtenu la place du c…

Lire la suite...

© Mairie de Lestelle-Bétharram 2020 - Mentions légales et politique de confidentialité